La Manu verte

Pendant fort fort longtemps, Saint-Étienne était une ville où l’on brassait. Certains passionnés d’histoire locale se sont d’ailleurs penchés sur la question. Et ils ont été jusqu’à recenser une bonne douzaine de producteurs différents installés dans la cité stéphanoise (pour en savoir plus, on vous renvoie à cet article assez complet publié par le site forez-info.com). Mais patatras : la dernière d’entre elles, la Société des Brasseries de la Loire, qui distribuait notamment la Mosser, finit par mettre la clé sous la porte en 1955. Et ensuite ? Pendant quelques décennies, rien.

La bière fit toutefois son retour. Grâce à la Houblonnerie, une cave ouverte en 2009 par Yohann Fournier, déjà propriétaire depuis 2005 d’un pub, le Soggy Bottom, connu d’à peu près toute la jeunesse locale qui se respecte. Yohann Fournier, qui, dans son arrière-boutique, s’amusait à brasser La Glütte, sa propre bière. Au même moment, enfin presque, Pierre-Luc Jourjon et Benjamin Valentin lançaient, eux, Copains Chopines, une association de brasseurs amateurs. Avec le rêve, de devenir, un jour, professionnels.

« Installée dans l’ancien site de production de la Mosser »

Forcément, dans ce petit village qu’est Saint-Étienne, La Glütte et Copains Chopines ont fini par se rencontrer. Et plutôt que de brasser chacun dans leurs coins, ils ont décidé de s’associer, de mutualiser leurs moyens. Ainsi a vu le jour, au printemps 2014, la Brasserie stéphanoise, installée dans le quartier Bellevue. Où Yohann Fournier avait racheté, en 2010, une partie de l’ancien site de production de la Mosser. Qu’il a fallu au passage bien retaper avant de pouvoir y installer la moindre petite cuve…

Aujourd’hui, la Brasserie stéphanoise produit environ 300 hectolitres à l’année. Le fer de lance de sa gamme ? À notre avis, c’est La Manu. Une bière blonde pleine de caractère, nommée ainsi en référence à la Manufacture d’armes de Saint-Étienne, ancien poumon économique de la ville fermé en 2001. La Manu, que l’on se propose de déguster là maintenant, tout de suite.

La fiche technique :

  • Nom : La Manu.
  • Brasserie : Brasserie stéphanoise.
  • Type : ale blonde.
  • Teneur en alcool : 5,5 %.
  • Pays : France (à Saint-Étienne, dans la Loire).

À l’œil

bière paille presque ambrée. Bulles abondantes. Mousse blanche, moyennement épaisse, de tenue assez longue.

Au nez

arômes très agréables, même si l’ensemble manque d’un tout petit peu de force. Globalement : des fruits exotiques d’abord, puis un net côté céréales et clou de girofle. Ah, et aussi, du tabac à pipe. C’est bizarre, mais c’est à ça que l’on a pensé.

En bouche

attaque fruit de la passion. Puis on passe à l’orange avant une belle amertume. Longueur correcte.

Conclusion : 16/20

On pourrait presque la prendre pour une IPA… Les saveurs sont toutefois un peu plus sucrées. Bel équilibre, en tout cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *